Nutrition des personnes atteintes de démence


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent euismod quis ipsum vel sodales. Maecenas bibendum tellus in aliquet molestie. Integer augue massa, feugiat ac quam sed, iaculis accumsan justo.

Titre

Quand le plaisir de manger risque d’être oublié...
Faire perdurer le plaisir de manger, voilà notre mission !

On n’y pense pas souvent, mais en plus d'être un besoin fondamental, l’alimentation a également une signification sociale importante dans notre société. Que nous mangions seuls ou en compagnie, à la maison, au restaurant ou au travail… les repas structurent notre journée, et nous attendons ces moments avec impatience.

Mais lorsque manger n'est plus une évidence ? Chez les personnes atteintes de démence, on observe des changements de personnalité, une désorientation, une perte de mémoire et une difficulté à communiquer, entre autres. Dans environ 40% des cas, on constate également une perte de poids progressive et significative. Celle-ci peut être liée à un changement des habitudes alimentaires : la personne est plus facilement distraite, agitée, confuse, sa perception des saveurs change, etc.L'impact de tout cela sur le comportement alimentaire peut avoir un effet majeur sur le bien-être général du résident. De moment de plaisir, l’alimentation devient une épreuve, le repas un moment de stress.

Une approche personnalisée peut raviver le plaisir de manger !

Les conséquences sur le comportement alimentaire diffèrent d’un individu à l’autre, car les problèmes dépendent également du type et du stade de la démence. Il n'existe donc pas de solution toute faite. Un soutien personnalisé est nécessaire et il n’est pas toujours aisé de trouver la bonne approche. Mais si vous parvenez à faire en sorte que la personne démente apprécie à nouveau ses repas, la satisfaction sera d'autant plus grande.

Découvrez ici quelques conseils qui peuvent vous aider à apporter à vos résidents le soutien adéquat et à leur redonner l'envie de manger !

Titre

Titre

Lorsque la prise alimentaire diminue, déterminez ce que le résident aime manger et boire surtout, et proposez-lui cela ! Concentrez-vous sur le plaisir de manger le repas. Plus vous essayerez de forcer, plus le résident sera dégouté du repas.


3 conseils pour ajouter de l'énergie au régime actuel en apportant de petits changements :


1. Une soupe bien remplie 

La soupe est un repas que les résidents mangent souvent facilement, et volontiers, même lorsque leur appétit diminue. Une portion de soupe aux légumes contient environ 50 kcal, ce qui est peu quand on sait qu'un résident a besoin d'au moins 1800 kcal par jour. En outre, une soupe consommée avant le repas peut entraîner une diminution de la prise alimentaire au cours du repas principal. Au lieu de remplacer la soupe, réfléchissez à la manière dont vous pouvez la rendre plus riche en énergie, par exemple en ajoutant de la crème ou du fromage à tartiner, selon les préférences du résident. S'il n’a pas de problèmes de déglutition, vous pouvez également ajouter des boulettes de viande, des dés de lard/jambon, des croûtons, du fromage râpé ou des vermicelles. En concertation avec le résident, vous pouvez éventuellement déplacer la soupe au repas du soir afin de favoriser la prise alimentaire lors du repas principal.

 

2. Un petit repas à base de tartines 

Vous pouvez prévoir une double garniture pour les tartines, afin que celles-ci soient plus énergétiques. Pensez par exemple à la combinaison du salé et du sucré (préférence) : fromage au sirop, fromage blanc au sucre roux, brie au miel, charcuterie à la confiture... . En ajoutant de la graisse à tartiner (beurre ou margarine), vous apportez des lipides supplémentaires. Une petite roulade de viande ou de fromage en accompagnement, avec le repas de pain ou entre les repas fournit des protéines supplémentaires. Les variétés de pain telles que le cramique, le craquelin, les sandwiches, le pain perdu, le croque-monsieur... constituent de bonnes alternatives pour varier et elles fournissent plus d'énergie qu'un repas ordinaire à base de pain. Servez-les éventuellement comme petit en-cas entre les repas.

 

3. Une boisson entre les deux 

L'eau, le café, le thé... sont de bons désaltérants et hydratants. Dans le cadre de la prévention de la malnutrition, il est préférable d'opter pour des boissons riches en énergie comme les produits laitiers complets, les jus de fruits, les boissons fraîches, la bière de table, etc. Généralement, les résidents boivent encore facilement, et c’est une façon de leur donner un supplément d'énergie. En outre, les produits laitiers fournissent également des protéines supplémentaires. Si la prise alimentaire est très limitée, vous pouvez également utiliser des boissons enrichies en protéines.

 

Appliquez toujours ces conseils en fonction des goûts du résident, afin de vous assurer que le résident continue à apprécier ses repas.


Un simple bilan nutritionnel et hydrique vous permet d’enregistrer et évaluer facilement les prises alimentaires de vos résidents. Demandez-le à notre diététicienne : riet.deckers@javafoodservice.be


Les repas ordinaires sont insuffisants ? Vous pouvez alors utiliser une nourriture enrichie en énergie/protéines. Là encore, il est préférable de choisir les produits qui correspondent le mieux aux préférences gustatives du résident.

Découvrez notre assortiment ici!

Vous avez des questions sur les soins nutritionnels ou l'offre ?

Contactez notre diététicienne : riet.deckers@javafoodservice.be

Mon compte Informations
Loading...
Modifier mon profil
Close
Chef cook posing